17 RUE HENRI FICHON 16100 COGNAC 05 45 32 20 52



CIVILISATIONS ?

CIVILISATIONS ?

Un classique américain de l’anthropologie recense 350 définitions du mot « civilisation ». Cela suffit déjà à récuser toute tentative de comparer leurs valeurs respectives, faute de savoir de quoi on parle exactement.
L’assertion « toutes les civilisations ne se valent pas » est aussi absurde que son inverse. En effet, les savants s’accordent sur ce point : toute civilisation est un système d’éléments techniques, de valeurs morales, religieuses, politiques, sociales, esthétiques. Le poids relatif de chacun de ces éléments varie d’un système à un autre, chacun évoluant de surcroît dans le temps, en particulier sous l’effet des emprunts aux autres civilisations.
Comment comparer, alors, des systèmes dont les composantes sont au sens propre « incommensurables » et leur attribuer une valeur ? Sur quelle échelle de critères ? Et si je décide d’être le Grand Comparateur, mon instrument de mesure restera ethnocentré. Levi-Strauss a très bien démontré cela dans deux petits ouvrages : « Race et Histoire » (1952) et « Race et Culture » (1971), tous deux réédités récemment. Il précise : « En refusant l’humanité à ceux qui apparaissent comme sauvages ou barbares, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques ! », à savoir s’autoproclamer le seul vraiment humain.
Dans le « Discours sur le colonialisme » (1950, rééd. Présence africaine 1989), Aimé Césaire pose que toute civilisation comporte des parts de lumière et des parts d’ombre. L’esclavage nous offusque ? Notre aimable civilisation n’en a-t-elle pas pratiqué une forme dans les champs de canne à sucre ? Et pour mémoire : les Croisades, l’Inquisition, l’extermination des juifs menée dans un des pays les plus civilisés d’Europe, la répression à Madagascar 1947, les guerres du Vietnam et d’Algérie (relire Frantz Fanon : « Les Damnés de la Terre »), l’ethnocide des Amérindiens, l'Irak…
Césaire n’oublie évidemment pas les vertueux du Christianisme, les Lumières etc. Mais son avertissement devrait interpeller ceux qui jouent avec le bréviaire de la haine : « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde ».

* Aimé Césaire : Discours sur le colonialisme - Suivi de Discours sur la Négritude (Editions Présence Africaine)
* Claude Lévi-Strauss : Race et Histoire (Editions Gallimard - Folio Essais)
* Claude Lévi-Strauss : Race et Culture (Albin Michel - Editions UNESCO)
* Frantz Fanon : Les Damnés de la Terre (La Découverte - Poche)