17 RUE HENRI FICHON 16100 COGNAC 05 45 32 20 52



Gisèle de verre

 Gisèle de verre


Un album aux éditions du Seuil qui a suscité la courte présentation et les échanges transcrits ci-dessous, dans une classe de CM1-CM2 :
C’est l’histoire d’une petite fille qui s’appelle Gisèle et qui est transparente. Tout le monde peut lire ses pensées.

VANILLA : C’est bien, mais c’est bizarre. Il n’y a pas d’aventure...
APOLLINE : je n’ai pas trouvé les illustrations très belles.
EMMA : Personne ne la voit, personne ne l’accepte.
BIRDY : C’est bien, les pages transparentes.
CLEMENT : C’est parce que c’est une petite fille transparente.
ANGELIQUE : Je n’ai pas tellement aimé, parce qu’il n’y a pas eu d’amitié.
CHLOÉ : Je préfère les dessins plus " formés ". Sur une page, on dirait que la personne regardait dans le crâne de Gisèle ! C’est bien, mais pas toujours : il y a aussi des choses qu’on ne veut pas dire, ou qu’on a peur de dire. Si on a des secrets qu’on ne veut pas dire...
MATHIAS : Le calque transparent crée une sorte d’illusion.
EMMA : J’ai aimé ce livre, on comprend bien, avec le calque.
SILOUANE : J’ai trouvé les illustrations jolies. On peut dire que Gisèle a un petit handicap, elle est transparente.
MARION : Je n’ai pas aimé, il n’y a pas de joie.
THEO : C’est bizarre : si elle est née entre Bilbao et Florence, elle est née où ? Dans la mer ?
LA MAÎTRESSE : C’est intéressant, ça a peut-être à voir avec sa transparence ?
THEO : C’est nul de voir les pensées : c’est quelque chose d’intime.
APOLLINE : Je me demande pourquoi la maîtresse a choisi ce livre.
LA MAÎTRESSE : Pour la réflexion, pour ce que vous dites là. Il m’a intéressée.
MARION : La pensée, c’est intime, ça va si personne ne regarde.
MATTHIAS : C’est pour ça qu’elle s’en va. Par exemple si on est amoureux, tout le monde le sait, si le cerveau est fermé, personne ne le sait.
APOLLINE : A moins qu’on le dise. Mais on peut le dire à qui on veut, une copine...
SILOUANE : Ce serait embarrassant si on voyait dans la pensée, je n’aimerais pas, même si ce n’était pas intime, qu’on voit dans mes pensées.
LA MAÎTRESSE : Pourtant, tout le monde la trouve très belle et l’admire.
EMMA : Elle n’a pas de chance.
SILOUANE : Mais elle broie du noir, et alors elle se casse, comme du verre.
APOLLINE : C’est de tristesse. Ils la trouvent belle, mais ils ne la respectent pas. "

Très beau livre-objet, illustré de découpages, coloriages, dessins ou calques, permettant à chaque fois une illustration simple et une autre plus métaphorique.