17 RUE HENRI FICHON 16100 COGNAC 05 45 32 20 52



QUELQUES LIVRES...

QUELQUES LIVRES...

Face à des actions du gouvernement apparemment dispersées et toutes au service du pays et de ses habitants, il ne s'agit pas seulement de protester mais aussi de comprendre, de se faire chacun notre idée personnelle.

A des réponses aux questions sans cesse répétées : il faut réduire les déficits, il ne faut pas augmenter les impôts des riches, la retraite à 62 ans est indispensable car on vit plus vieux, etc... le simple bon sens permet de nous étonner. Par exemple, comment se fait-il que la France n'ayant jamais été aussi riche (le PIB, c'est à dire la production de richesse, n'a jamais été aussi élevé), l'Etat ne puisse plus assurer l'éducation, la santé, la sécurité ?

Cet étonnement ne suffit pas pour trouver des réponses.

Face à une pensée totalitaire, les réponses ne peuvent être qu'étayées, complexes et nuancées. Alors des livres, des essais, sont nécessaires.

Entre autres :

- " Le grand bond en arrière " (Ed. Fayard), de Serge Halimi, qui retrace l'histoire du libéralisme depuis sa théorisation dans les années 30 jusqu'à nos jours.

- " L'enjeu des retraites " (Ed. La Dispute), de Bernard Friot, un peu plus difficile, qui dépasse largement un examen du problème des retraites, pour exposer une vision du travail et du salariat tout à fait originale.

- " L'Etat démantelé " (Ed. La Découverte - Le Monde Diplomatique), suite de contributions diverses sous la direction de Laurent Bonelli et Willy Pelletier, qui éclaire sur les transformations diverses de l'organisation des domaines de l'administration. Transformations qui toutes sont présentées comme une modernisation indispensable et qui cachent en réalité une politique constante de démantèlement, l'Etat se présentant comme garant du bien public.

- enfin " Le président des riches " (Ed. La découverte), de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Ouvrage qui, sous un titre polémique, détaille toutes les mesures fiscales, notamment en faveur des plus riches qui utilisent cette richesse pour jouer au poker l'avenir des économies de la planète. A la fin, le livre propose des solutions pour remplacer cette politique.

Ces lectures, parfois un peu difficiles (mais il est permis de sauter des pages...), sont parfois comiques, mais aussi, souvent, sources de colère.

Mais la colère est salutaire, si elle a ses raisons.