Le goût de la terre

TROUBS & BAUDOIN

Le goût de la terre

Baudoin : « c’est la question des frontières qui nous a fait partir Troubs et moi sur les rives du Rio Bravo ». Troubs et Baudouin vont retrouver deux universitaires Colombiens et se rendre à Florencia mais avant il y a un petit arrêt à Bogota juste le temps de se remémorer Camillo Torres, le curé guerillero mort en 1965, Alfonso Caro, comandante des FARC, mort en 2011, de Jaime Garzon tué en 1999 parce que l’humoriste s’était moqué du pouvoir en place.
Les FARC ont leur origine dans un groupe de paysans en lutte pour la sauvegarde de leur terre et qui ont contre eux, bien sûr, les grands propriétaires, les narcotrafiquants ainsi que la force publique et politique. Cette armée illégale responsable de l’assassinat et du déplacement de milliers de personnes.
Baudoin et Troubs vont partager un mois durant la vie des colombiens (2012), villageois ou même combattants des FARC. A Florencia une sorte de pacte s’installe entre les dessinateurs et les habitants : un portrait en échange d’un souvenir, voici comment s’élabore cette bande dessinée.
Au début les confidences sont difficiles, les dessinateurs s’effacent, laissent venir la confidence tout en croquant les portraits. Des fils arrachés à leur mère, des époux assassinés, des familles séparées chaque récit très bref est d’une rare intensité. Et cette rencontre avec un cadre des FARC, cette jeune femme qui lutte pour une vie meilleure.
Une bande dessinée qui parcourt nombre de tranches de vie sans jugement juste avec un regard distancié et une écoute attentive.

éditions L'association
pour commander et/ou réserver en ligne
https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com