Là-bas, août est un mois d'automne

Bruno Pellegrino

Là-bas, août est un mois d'automne

Trois personnages: deux inspirés de la réalité, un poète et sa sœur (Gustave et Madeleine Roud, enracinés tous deux dans le Jura Suisse) et un narrateur qui relit les carnets du premier, nous les révèle et s'en imprègne. Deux portraits singuliers, des vies dans l'ombre, nuancées, fragiles et obstinées. L'un,Gustave, amoureux fou de tout ce qui pousse, vit et se fane, photographe passionné aussi des hommes qu'il croise dans les champs, poète encore qui note dans son carnet ce qui sera la ligne directrice de sa vie, de son regard, de son écriture, "consigner de tout urgence, le nom des choses qui prennent fin"

L'autre, la sœur, ancrée dans le concret, passionnée de sciences, les voyages spatiaux en particulier (nous sommes dans les années 60), attentive à ce que rien ne vienne troubler à la vie marginale de son frère et son travail d'écriture. Fantasque aussi, ne s'en laissant pas compter...

Derrière ces deux portraits, apparait par moment la recherche du 3ième, le narrateur, à l'écriture superbe, qui se coule dans ses deux modèles comme pour mieux s'y trouver.
Singulier et superbe.

Chez ZOE