17 RUE HENRI FICHON 16100 COGNAC 05 45 32 20 52



Jonas

Jean-Paul de Dadelsen

Jonas

On fête cette année le centenaire de la naissance du poète Jean-Paul de Dadelsen, à la vie brève et ardente et l’œuvre courte mais très originale, puisqu’à quarante-quatre ans il meurt (1957) d’une tumeur au cerveau, sans avoir trouvé le temps de préparer l’édition de ses poèmes.
Alsacien de souche, Européen de cœur, officier parachutiste des Forces Françaises Libres, puis correspondant à Londres de Combat, le journal de son ami Albert Camus –qui s’occupera de la publication de son œuvre-, chroniqueur à la BBC, c’est tardivement, à 39 ans, qu’il compose son premier grand poème « Bach en automne » (1952-3), à la puissante respiration rythmée de longs versets, qui appelle la diction à voix haute. « Dadelsen le Rhénan », écrit Evelyne Franck, « le païen, le protestant, le vigneron qui soupe avec Luther, Bach ou Rabelais ».
« Jonas » est une œuvre posthume, (Gallimard 1962, rééd.1966). La baleine y est le symbole de la contingence, de la finitude de la condition humaine « le difficile pour Jonas : non de mourir, mais de vouloir et de vivre ». Extrait : « Je ne suis pas à moi. Je ne sais d’où je viens, je ne sais/Ce qui est marqué à mon compte ou contre moi/Dans le grand livre./Je ne suis pas mon oubli et ne suis pas ma paresse et ne suis pas/Ma pesanteur. Mais j’ai honte du plus profond de ma mémoire/J’ai honte de n’avoir pas crié contre toi/Eternel. »
Il avait le don de la formule dense. Collaborateur de Jean Monnet, passant quelques jours à Cognac, il écrit « Sous un soleil de chêne, rurale et mondiale, Cognac chauffe les portails de fer des entrepôts de sa patience ». L’éditeur cognaçais du « Temps qu’il fait » a publié en 1995 un ensemble de proses et poèmes sous le titre de « Goethe en Alsace »
Pour les amateurs de poésie « mâchue », aussi terrienne que spirituelle.

Ed.Poésie/Gallimard

Pour retenir ce livre à la librairie, laissez-nous un message :
textelibre@orange.fr